Pages

samedi 28 avril 2018

Festival aux Jardins Enchantants des 4 au 6 mai

Si vous êtes près de Colmar, venez découvrir le travail de Léa et Gabriel, artistes et maraîchers à Herrlisheim près de Colmar
Programme du Festival

vendredi 27 avril 2018

Formation gratuite dans les Moocs de l'Ecole Charles Dullin

Vous pouvez gratuitement commencer des formations de type universitaire avec les Moocs de L'Ecole Charles Dullin sur la direction d'acteur la mise en scène, l'espace au théâtre/
Site de L'ecole Charles Dullin

N'hésitez pas en particulier si vous souhaitez poursuivre dans la voie du théâtre.

vendredi 20 avril 2018

Projet figaro: chansons retenues


Paroles des chansons retenues

Tryo- pour un flirt avec la crise

« Tu finiras par lacher prise 

Dans ton flirt avec la crise ! 

Envolé d'un courant d'air 
Ecrasé la gueule par terre 
On est toujours a bout de souffle 
A bout de nerfs 
Dans sa multimationale blindée mondialisée 
L'homme actif de nos tendres années 
c'est le technocrate de son métier 
Qui a écrasé ses millions de partenaires 
Qui a écrasé nos vendeurs de réverbères 
Qui fait du gringue à sa secrétaire 
Et qui se retient pendant la prière... 
Qui pratiquera son art de la maitrise 
Comment profiter de la crise 
Comment profiter des petites entreprises 
Dans son flirt avec la crise. »
2m(youtube)

Saez- J’accuse 
Les gens parlent mal les gens sont cons,
Au moins tout aussi cons que moi,
A se faire mettre à s'faire baiser,
Sûr de s'faire enfanter
Des bébés par des hologrammes,
Des mots d'amour par satellite,
Mais ces connards ils savent pas lire,
Ils savent même pas se nourrir,
Des OGM dans les biberons,
Ouais c'est tant mieux ça f'ra moins de cons,
Quand ils crèveront en mutation,
Des grippes porcines sur des cochons. 
(57sec youtube)



Bhale Bacce Crew Une de plus

 Louise : Si mon message touche une personne
Louise : J’srais d’jà le plus heureux des hommes
Elisa : Mais si tout le monde pouvait se sentir concerné
Ça pourrait changer
 Anais : Parce qu’on a qu’une obsession dans la vie
Adèle : C’est lutter fort jusqu’à la mort
Adèle : Parce qu’on est pas que des pions sans avis

 Refrain (tout le monde)
Pourquoi tout ça ? qu’est-ce que j’fais là ?
Une de plus une de moins c’est quoi
C’est pas comme ça que le monde chang’ra non
Pourquoi tout ça ? qu’est ce que j’fais là ?
Une de plus une de moins c’est quoi
C’est pas comme ça que le monde changera.

Formidable :
Formidable, formidable
Tu étais formidable, j’étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j’étais fort minable
Nous étions formidables

Carmen
L’amour est enfant de la consommation
Il vaudra toujours toujours plus de choix
Voulez voulez vous des sentiments tombés du camion
L’offre et la demande pour unique et seule loi
Prends garde à toi
Mais j’en connais déjà les dangers moi
J’ai gardé mon ticket et s’il faut j’vais l’échanger moi
Prends garde à toi
Et sil le faut j’irais m’venger moi cet oiseau d’malheur j’le mets en cage
Jle fais chanter moi

Un jour t’achètes un jour tu aimes
Un jour tu jettes mais un jour tu payes
Un jour tu verras on s’aimera
Mais avant on crèvera tous comme des arts


mercredi 18 avril 2018

Notes sur Figaro divorce d'après Histoire et Fiction dans le théâtre



- Figaro et son modèle : ambiguité de la temporalité dans l’oeuvre ; Révolution
française de 1789 (bourgeoise et anti nobiliaire) ?
Révolution nationale de 1933 (qui est en fait une contre-révolution) avec ses
exilés antifascistes?
Révolution de 1917 en Russie?
- L’utilisation des personnages de Beaumarchais : en écrivant cette pièce, il fait
appel à la culture d’un public lettré ; le spectateur reconnaît le personnage tout en
s’amusant à le voir différent.
- Au début, on retrouve vraiment les personnages de Beaumarchais à la fin du
Mariage : Suzanne est fidèle à sa maitresse, Figaro suit sa femme par amour et garde
une attitude parfois désinvolte avec le Comte. Figaro utilise les mêmes mots face au
garde-frontière que dans le fameux monologue de l’acte V, qui dépeint sa carrière et
son caractère.
- Suzanne et même Figaro trouvent finalement un certain avantage à suivre
leurs maîtres, même si Figaro semble soutenir la révolution au fond de lui. = image
plus subtile et donc plus nuancée du caractère de Figaro par rapport au portrait
idéalisé légué par la tradition.
- Difficulté du Comte à renoncer à sa superbe et qui vend les bijoux de sa
femme pour continuer à vivre selon un certain train de vie.
- A la fin de l’acte I, lorsque Figaro décide  d’abandonner le Comte et la
comtesse, le Comte trouve que Figaro est devenu bien « bourgeois ».
Il s’agit d’un tournant de la pièce car à partir de ce moment-là, tout va s’inverser par
rapport à la pièce de Beaumarchais : Les liens entre le Comte et la Comtesse
semblent plus forts ; Figaro et Suzanne se heurtent violemment et se séparent. On
retrouve alors le ton et l’imagination des Volksstucke, en particulier avec les
personnages de Grosshadersdorf.
- Dans cette atmosphère, Figaro s’est transformé en boutiquier aigri qui pense
avant tout à sa clientèle et au tiroir caisse. Il a renoncé à toute liberté de parole. Figaro, devenu un « philistin », un petit bourgeois, est paradoxalement moins libre que lorsqu’il portait la livrée au service du Comte. Il reproche à Suzanne leur exil alors qu’elle regrette son ancienne vie auprès de la Comtesse.
- L’évolution de Figaro et de Suzanne contraste avec celle du Comte et de la Comtesse : ils ne sont pas aigris et plein de courage face à l’adversité.
- Surprise que provoque Chérubin, lui aussi exilé : il est maintenant tenancier d’une boite de nuit. Ce n’est plus le délicat et trouble adolescent, mais « un monsieur assez jeune, corpulent, avec un visage au teint rose qui exprime une brutalité diffuse ». Les romances délicates ont fait place aux rengaines un peu vulgaires qu’il joue au piano. Ses questions à Suzanne manquent elles aussi de
délicatesse.
- Insistance d’Horváth à modifier l’image traditionnelle des personnages de Beaumarchais. = rappelle la technique du dévoilement de conscience mis en oeuvre dans les Volksstücke de 1930 à 1933.
- La peinture de l’émigration : allusions au phénomène collectif de l’émigration antinazie.
- Une version primitive de la pièce comptait quatre scènes supplémentaires, où le thème de l’émigration passait au premier plan. C’est celle que nous étudions justement. Horváth a dû consentir à l’amputation de son oeuvre à cause du climat qui régnait à Prague à cette époque, bien que cette capitale fût l’une des plus favorables aux émigrés antinazis (le Deutsches Theater de Prague ne voulaient pas s’attirer l’hostilité bruyante des spectateurs pronazis (les partisans de Heilein) ; ils ne voulaient pas non plus blesser ou mécontenter les autorités tchécoslovaques. = AUTOCENSURE
- Remise en cause du radicalisme dans la « révolution ».

- Le retour de Figaro et son interprétation : pas de lien cette fois avec l’histoire, car la révolution qu’a connue Figaro à son retour n’a rien à voir avec celle de 1933.
- Ambiguité des 4 scènes : peu importe la révolution, ce n’est qu’un changement de façade?
Horváth rend suspect le zèle de Pédrille envers le nouveau régime (voir ses raisons personnelles et exagérées - et non de principe- de haïr l’ancien Régime).
- Le coup de théâtre de Figaro est ambivalent. Selon lui, la révolution en est à sa seconde phase, celle où l’on élimine les « combattants » pour placer les gens « compétents ». Figaro n’est revenu que pour faire une carrière plus lucrative que celle de coiffeur. Il défend son point de vue (créer une
nouvelle aristocratie, celle de « l’intelligence ») avec cynisme. Figaro adapte son discours d’intronisation au nouveau régime.
- En réalité, cette attitude hypocrite lui permet de revivifier en secret ce que la révolution avait étouffé : l’humanité.
- Il refuse toute discrimination faisant d’une partie de la population un bouc émissaire.
- Il tente de contrecarrer la « politisation » des enfants en leur donnant la permission de casser les vitres.
- Figaro devient en quelque sorte le modèle idéal du révolutionnaire assagi, loin des duretés et de la répression qu’on trouvait dans le 3e Reich.
- « En rappelant à l’humanité trop politisée que le monde est fait avant tout d’hommes, il prend aussi une position politique : il est pour une politique du respect de l’homme ». Compte-rendu du spectacle dans la Prager Presse du 04-04-1937.
- L’idéologie officielle allemande reposait justement sur la négation de l’égale dignité des êtres humains.
Notes d’après FRANÇOIS Jean-Claude, Histoire et fiction dans le théâtre d’Ödon von Horváth,Presses Universitaires de Grenoble, 1978.

Photos de plateau Figaro Divorce Jacques Lassalle